Club philo
 
Lycée de Sèvres 
eTwinning eLearning

DIALOGUE


Thèmes et textes
Forums de discussion

NOUVEAUTES




Réalisations multimédia Porte-documents
Informations et projets
Europe Education Ecole

BIBLIOTHEQUE




Textes en ligne, Livres à lire
Dictionnaire du club
Galerie de portraits
Sélection de liens

LE CLUB PHILO

Qui sommes-nous ?
club.philo@free.fr

Europe, Éducation, École


CLASSE ETWINNING
Philippe Touchet, CPGE, Saint-Germain
De la perfection des langues
Diffusion séance TICE, jeudi 25 octobre 2007, 10h - 11h
Vidéo en streaming et en téléchargement
Peristeri
Modène
Alytus
Brno
Sèvres
Banska Bystrica
Sections Inter de Sèvres
Préparation de la journée européenne du projet Europe, Education, Ecole le 17 avril 2008 : Europe, culture et diversité des langues
Prochaine vidéo conférence : Jan PATOCKA, Europe et culture, diffusée sur Internet le 24 janvier 2008, 14h - 16h.  
 «Toutes les formes du discours humains sont parfaites dans la mesure où elles réussissent à exprimer
clairement et adéquatement les sentiments et les pensées de l’homme. » Cassirer, Essai sur l’Homme
Introduction

« La diversité des langues a toujours été vécue par les hommes comme une perte d’humanité. De nombreuses religions se refusent à faire endosser à Dieu lui-même la naissance de cette diversité, la faute en revenant invariablement à l’homme : la diversité des langues est la marque de l’imperfection humaine originelle. C’est pourquoi de nombreux philosophes et même des savants ont cherché à retrouver, derrière la diversité des langues, la langue parfaite, celle que Dieu aurait peut être parlée au jour de la création. Car, comme le rappelle Hegel dans le § 159 de la Propédeutique Philosophique à propos de la Genèse, lorsque Dieu créa les choses, il demanda à Adam de les nommer, et ce faisant, l’homme premier créait les choses une seconde fois, le signe se substituant à la réalité empirique de la chose désignée.
«Absolument parlant, le signe verbal fait de la représentation concrète une réalité sans image, laquelle s’identifie au signe. L’image est détruite et le mot la remplace. Ceci est un lion : le nom vaut pour la chose. – Logos. Dieu dit….- le langage est la suprême puissance chez les hommes. Adam, dit-on, donna son nom à toutes choses – aux animaux. – le langage est la disparition du monde sensible en son immédiate présence, la suppression de ce monde, dès lors transformé en une présence qui est un appel apte à éveiller un écho chez toute essence capable de représentation.» Hegel, Propédeutique Philosophique

Le 25 oct. 2007 : séance TICE du projet Europe, Education, Ecole :
http://www.coin-philo.net/projet-eee.europe08.tice.php


Conférence de Ph. Touchet au lycée de Sèvres le 25 oct. 2007.
Lire : Texte intégral : Format PDF, Format RTF.

Extraits de textes : de Cassirer, de Descartes, de Rousseau
(format PDF), (format RTF)

Ainsi, la philosophie a-t-elle voulu voir dans le langage tout autre chose qu’un simple moyen d’expression. Mais plutôt une manière de recréer le monde pour l’homme, de faire en sorte que les choses se tournent vers lui, pour faire sens. Le langage n’est pas une faculté de l’homme parmi d’autres ; il manifeste la puissance de l’esprit capable de poser et d’imposer à l’expérience des structures et des significations, de créer, comme le dit Hegel, une suppression du monde sensible tel qu’il est immédiatement donné. Le langage démontre la puissance créatrice de la conscience. Loin que les signes soient des manières de représenter les choses telles qu’elles seraient données à l’expérience, ils servent à donner à l’expérience une forme.
Cassirer fera remarquer que, dans le domaine des sciences de la matière, l’usage des signes chimiques ne sert pas à décrire des matières ou des corps déjà existants, mais à fixer, à stabiliser et finalement à poser des concepts de matière, qui n’ont pas cette pureté et cette stabilité dans la nature, ni dans l’expérience. Lorsque Descartes lui-même évoque la cire, il faut comprendre que la cire est avant tout un mot, c'est-à-dire une construction de l’entendement destinée à fixer tel aspect ou tel type de chose dans l’expérience. Les mots sont là pour interrompre le changement dans les choses, afin de nous les rendre accessibles et compréhensibles (cf. Cassirer, La philosophie des formes symboliques). La langue doit donc être comprise moins comme une expression que comme une œuvre. Elle est l’agir de l’esprit... »
Lire : Texte intégral de la leçon : Format PDF, Format RTF.