Club philo
 
Lycée de Sèvres
 

DIALOGUE


Thèmes et textes
Forums de discussion

NOUVEAUTES




Réalisations multimédia Porte-documents
Informations et projets
Europe Education Ecole

BIBLIOTHEQUE




Textes en ligne, Livres à lire
Dictionnaire du club
Galerie de portraits
Sélection de liens

LE CLUB PHILO

Qui sommes-nous ?
club.philo@free.fr

Europe, Éducation, École

EUROPE, CULTURE ET DIVERSITÉ DES LANGUES
Journée européenne des partenaires du projet Europe, Education, Ecole,
organisée le 17 avril 2008, avec la participation de :
Yves GAZZO, Chef de la Représentation de la Commission Européenne en France
Alain WALLON, Antenne pour le multilinguisme de la DG de la Traduction,
Jean-Louis POIRIER, Doyen de l'Inspection Générale de Philosophie

Vidéo : contributions élèves
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeechorale.wmv
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeeguliver.wmv
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeemarie.wmv
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeeextraits.wmv
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeeberlin.wmv
http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/eeeprague.wmv

Exposition-affiches ll Compte-rendu (PDF) ll Nos invités (PDF) ll Contribution à l'année européenne du dialogue interculturel
Prochaines visiocoinférences seront diffusées le 20 novembre 2008. Le thème : Éducation en Europe.
Peristeri
Modène
Alytus
Prague
Sèvres
Banska Bystrica
Berlin
Sections Inter de Sèvres
Avec le soutien du CRDP de l'académie de Versailles, Des Amis de Sèvres, de la Région Ile de France et de France Télecom.
Tables rondes et échanges entre élèves,
professeurs et invités, en français, anglais, allemand et italien,
diffusés en présence des Représentants des Ambassades
d'Allemagne, d'Italie, de Grèce, de République tchèque,
de Slovaquie et de Lituanie à Paris
et avec le concours des Antennes du Multilinguisme en Europe.

Journée Europe 2007

J.-L.Poirier,
DIGPH,France

Qu’il nous soit permis d’exprimer ici nos vifs remerciements à tous nos collègues, français et européens, ainsi qu’à leurs élèves,
partenaires actifs du projet Europe, Éducation, École, pour leur investissement et leur dynamisme dans la préparation de cette journée européenne 2008.

Qu’il nous soit également permis de les associer à ma vive reconnaissance à l’égard de tous ceux qui nous ont apporté, très concrètement, leur aide et leur soutien dans la mise en œuvre de cette manifestation, et en particulier à la Direction du lycée Jean-Pierre Vernant, la Direction des Sections Internationales de Sèvres,
la Représentation de la Commission Européenne en France, aux Antennes du multilinguisme à Paris, à Athènes, à Berlin, à Bratislava, à Prague et à Rome,
au Centre Régional de la Documentation Pédagogique de l’académie de Versailles, aux Amis de Sèvres,
au Conseil Régional d’Ile de France et à France Télecon Orange Business Services.


Slovaquie

Irlande


Italie


Italie

Grèce

République tchèque

Sèvres, hall A - stands partenaires

Allemagne

Lycée Jean-Pierre Vernant, Sèvres : diffusion visioconférence : 10h30-11h00
Ouverture :
Yves Gazzo, en multiflux : http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/diff/gazzo.htm
en téléchargement : http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/gazzo.wmv
Présentation : C. Michalewski, Projet Europe, Education, Ecole,
Chorale, BT MM Sèvres, théâtre, extrait de Gullivers travels, élèves sections internationales de Sèvres.

accueil visioconférence


vidéo: chorale du lycée, BTMM


vidéo:théâtre, Gullivers travels (pdf)

ACTEURS : lycées francophones : ALYTUS - BANSKA BYSTRICA - BERLIN - NEW YORK - MODÈNE - PRAGUE - PERISTERI
SPECTATEURS : lycées francophones : VARSOVIE - VALONGO et une quarantaine de connexions anonymes
MODÈNE, Lycée L. A. Muratori, 09h30-10h30 : Conférence sur le multilinguisme,
G. MANGANARO, Antenne pour le multilignuisme à Rome (Commision Euro),
avec la participation de R. Lodi, E. Imperato, prof. à Muratori, et E. Olivastri, Point-info Europe.
suivie de la participation à la visioconférence sur l'Europe, la culture et la diversité des langues.

E.Olivastri, E.Imperato, G.Manganaro


G. Manganaro, Antenne mulilinguisme


Conférence sur le multilinguisme

Ouverture de la visioconférence


visioconférence - préparation

Élèves s'intallent devant leur PC

R. Lodi, M. Lazzaretti, L. Lonardo

R. Parcelli et deux élèves

Visioconférence : 11h00-11h15 : programme diffusé par le Lycée Muratori

R. Bertacchi, La Giornata Dantesca (PDF),
Nel “De vulgari eloquentia” Dante, agli esordi della storia della letteratura italiana (siamo nei primi anni del XIV secolo), già si occupa di unità e diversità delle lingue.
Egli parla, infatti, di lingua d’oc, d’oil, del sì come idiomi appartenenti ad un unico ceppo linguistico, ma già identificabili nella loro specificità di cui si esalta la bellezza naturale e la ricchezza esperienziale e comunicativa, ritenendo viceversa che il latino sia stato (peraltro con evidente errore interpretativo) una lingua artificiale, cioè una lingua di secondo livello (“locutio secondaria”), da lui peraltro chiamata “gramatica”.
Le parole di Dante nel “Convivio”, poi, ancora risuonano a testimonianza dell’amore ardente che il poeta prova verso il suo volgare toscano (“questo mio volgare fu congiungitore de li miei genitori con che essi parlavano.fu introduttore di me ne la via di scienza… E così è palese…esso essere stato a me grandissimo benefattore….[e] non solamente amore, ma perfettissimo amore sia quello ch’io a lui debbo avere e ho”)- Lire la suite : format PDF


Dante, L. Lonardo

E. Paolicelli, La « Giornata Dantesca » vista da una studentessa (PDF)
Une des classes qui ont participé au projet, la classe 4F, a réalisé une intéressante représentation du canto XII de l’Inferno en utilisant des masques et de nombreux gestes théâtraux avec l’intention de souligner l’élément comique qui fait partie de l’ éclectisme de Dante au point de vue stylistique et linguistique...
La suite: format PDF
L. Lonardo, We live in a language (PDF) : "On n'habite pas un pays, mais une langue", Elias CANETTI
Never as today we can understand the importance of this statement, when we travel, we work, we live. How many languages are spoken nowadays ? How many dialects ? Thousands, and we are strictly linked to them much more than to the place we live in.
Some tried to create a common language – the « Esperant » - but without any success; and currently English has established itself as the vehicular language for business, political, cultural matters, but it’s evident that everyone of us is born with his own language, which was born inside his own tradition. That’s why speaking a language means also keeping a tradition alive. When the last native speaker of Mansch in 1974 disappeared, he wasn’t the only one to disappear, his culture and his language too were lost forever. The same happened to Latins, Greeks, and also the pre-columbian populations: the history teaches that often the death of a language corresponds to the disappearance of the people who spoke it and vice versa. And so we can be asked: what was born first, a language or a mentality? Plato and Lucretius treated this argument in their speculations: certainly the Greek language offers a proper lexicon for philosophy, and actually was born in Greece. Is it a mere coincidence? Probably, the real relationship between a culture and its language is dialectical: they influence one another. Therefore, living in a language is not negative: studying more than one language means being open-minded towards different cultures and not being narrow-minded inside just only one.
L. Molinari, Da che lingua vieni? (PDF)
Mi rattrista sempre che vada persa una lingua perché le lingue sono il pedigree delle nazioni”: così il letterato inglese Samuel Johnson nel Settecento dei Lumi riconosceva la fondamentale importanza che riveste la lingua all’interno di una società. Già nel Trecento Dante, attraverso la parole del conte Ugolino, definiva la nostra penisola “il bel Paese là dove ‘l sì suona”(INF XXXIII, 80), vedendo nelle cosiddette “lingue volgari” la piena espressione delle peculiarità delle genti italiche: lo stesso conte, del resto, riconosce Dante come fiorentino, proprio grazie alle parole del poeta. Lire la suite : format PDF.


R.Parcelli
avec une
elève

M. Rosaria Parcelli, Interview über Essen, europäische Kulturhauptstadt für das Jahr 2010, (PDF)
1. Welches sind die wichtigsten kulturellen Aspekte einer Industriestadt wie Essen?

Warum wird Essen als europäische Hauptstadt der Kultur für das Jahr 2010 erklärt worden? Die Antwort mag ein wenig paradox erscheinen: das Ruhrgebiet und damit Essen war das Herz des Steinkohlenbergbaus und der Montanindustrie. Seit den 70er Jahren befindet sich die Region im Umbau, da die Steinkohle als Energieträger an Wichtigkeit verloren hat. Demgemäß wurden in jüngster Zeit viele der alten Zechengebäude zu Museen und kulturellen Begegnungsstätten umgewandelt. Die Zeche Zollverein in Essen z. B. ist einerseits Museum für Bergbau und andererseits Ort zahlreicher Veranstaltungen, d. h. Konzerte, Ausstellungen, Filmvorträge oder Konferenzen. Die Stadt Essen hat sich sozusagen als Flaggschiff für die ganze Region beworben, denn z. B. das Schauspielhaus in Bochum, das Opernhaus in Dortmund, das Grillo- und das Aaltotheater in Essen sind seit langem kulturelle Institutionen. Zugrunde liegt natürlich ein nicht ganz enger Kulturbegriff, der eben auch beinhaltet, dass Gebäude, die der industriellen Revolution angehören, wesentliche Aspekte unserer europäischen Kultur repräsentieren. Vergessen wir nicht die praktischen Aspekte: der Titel Kulturhaupstadt bedeutet natürlich auch viel Werbung für eine Region. Lire la suite : format PDF.
E. Imperato e A. Palazzi, Cultura e civiltà:due chiavi per la diversità delle lingue nell’unità dell’Europa,(PDF),
A partire dall’etimologia dei due termini e seguendo le accezioni semantiche che ne accompagnano l’uso, aprendosi a sviluppi denotativi e connotativi molteplici e differenziati, pensiamo di avere accesso privilegiato ad aspetti fondamentali della nostra Europa, una e molteplice nella diversità delle lingue.
Cultura : coltivare, prendersi cura. Dal lavoro contadino della zappa e dell’aratro al lavoro dell’insegnare (lasciare il segno) e dell’educare. Un viaggio semantico dalla terra all’anima e alla mente e dall’anima alla terra. Un viaggio di andata e ritorno. Il termine è problematico, e si apre frequentemente a contrapposizioni forti e gerarchizzazioni tra cultura spirituale e materiale, alta e bassa, d’elite e di massa. Per lungo tempo si è identificata la cultura con la conoscenza libresca e solo in certe fasi della storia il termine ha abbracciato le arti meccaniche e gli aspetti della vita materiale. Riguardo alla valorizzazione delle Arti meccaniche e della tecnica, già peraltro in corso durante il Rinascimento, ricordiamo, in particolare, il contributo di Bacone, quello degli Illuministi e dell’Encyclopédie e l’opera emblematica degli Annales francesi degli anni 30. Lire la suite : format PDF.
Nicolò Morselli, Le concept de piètas dans la culture latine, (PDF)
Le mot pietas indiquait au temps de Virgile la persistance du mos maiorum, c’est-à-dire les moeurs des ancêtres, dans tous les aspects de la vie d’un citoyen romain. A cause de cette ancienne et originaire complexité le terme pietas est intraduisible, on ne peut pas en effet le traduire par le terme piété, parce que la pietas va au delà de la simple dévotion religieuse, fondée sur l’amour pour le prochain, comme nous enseigne le christianisme. Pietas est en effet le respect pour les devoirs sacrés, pour la patrie et la famille. Tel respect est fondé sur des valeurs latines comme la fides, la loyauté, la virtus, le courage, la iustitia, l’equité, la constantia, la fermeté, la gravitas, la moralité et l’abstinentia, la sobriété. Elle comprend aussi la valeur latine de l’humanitas, c'est-à-dire la sensibilité par rapport à la culture. Toutes ces valeurs sont arrivées de Virgile jusqu’à l’Europe de nos jours. Lire la suite : format PDF
M. Lazzaretti, Le savoir : festival de philosophie de Modène, (PDF).
Tous les ans, Modène devient une petite ville « d’intellectuels ». Les cafés, les bibliothèques, les places s’ouvrent au public et offrent aux jeunes et aux moins jeunes la chance de discuter sur des thèmes culturels de grand intérêt, comme, par exemple, « la Beauté », « le Monde », « le Bonheur». Les Philosophes, italiens et internationaux, se mélangent aux gens et parlent avec eux: les trains aussi se transforment en « salons d’intellectuels » pour « philosopher » pendant le voyage, et le filobus est replacé par le « philobus ». Tout ça prend vie à l’occasion du « Festival de la Philosophie », un événement qui a lieu à Modène depuis 2001 et que l’European Festivals Association a décrit comme un des plus importants : voilà pourquoi il a participé à la Cérémonie d’Ouverture de l’An du Dialogue Interculturel en Europe à Lubiana, le 8 Janvier 2008, avec 38 autres pays. Lire la suite : format PDF.

Jana Matulayova

11h15-11h25 : Programme diffusé par le Gymnazium Tajovskeho, Banska Bystrica, Slovaquie :
Vie de la section bilingue
:
1/ échanges : avec Sèvres et Modène --- avec la Belgique - Eurodyssée
2/ théâtre : La folle nuit des toiles.
11h25-11h35 : Questions, via chat et vidéo

En présence, à Sèvres, de Jana Matulayova, professeur de mathamatiques,
responsable du projet Europe, Éducation, École à Banska Bystrica.

11h35-11h45 : Beethoven-Schule, Berlin, Allemagne,
Vidéo
: Plurilinguisme à Berlin et à la Beethoven-Schule
Les élèves de la Beethoven-Schule ont évoqué – en prenant comme exemple une classe dont les élèves représentent 8 nationalités differentes - la richesse et la diversité culturelles et linguistiques existant à Berlin, qui a un rôle spécifique au coeur de l'Europe et qui se traduit par une multitude de projets et partenariats que mène la Beethoven-Schule.

Beethoven-Schule

Christine Meger
À Berlin, W. Harnischfeger, Directeur de la Beethoven Schule, reçoit des élèves de la 8eD pour un interview sur la diversité culturelle,
et Ch. Jereczek avec A. Lembke, Responsables de l'Antenne de la COmmission Européenne pour multilinguisme en Allemange,
reçoivent Ch. Meger, professeur de français et des beaux arts, et ses élèves pour participer ensemble à la visioconférence.
Berlin – une ville multiculturelle ?
En cherchant une réponse à la question de savoir si Berlin est multiculturel, on a trouvé de nombreux exemples montrant que Berlin est pluriculturel, comme l’arrondissement populaire de “Kreuzberg” qui est très connu pour sa tolérance, ou la “RadioMultikulti” qui émet ses émissions en 17 langues. Il est remarquable que dans certains quartiers de la ville, les publicités en langues étrangères prédominent. Ici, les citoyens appartiennent à de nombreuses religions différentes, mais il faut dire que plus de la moitié des Berlinois est sans religion et que cela est typique – aussi comme héritage de la République Démocratique d’Allemagne. Des intérêts économiques vont également de pair avec une société multiculturelle. Les experts décrivent ce phénomène de la manière suivante: "Que d'activités internationales à Berlin ! Toutes les entreprises étrangères y sont les bienvenues !"
Malheureusement, cette vie multiculturelle engendre aussi quelques problèmes qui se traduisent par des difficultés d’intégration, des handicaps linguistiques, des difficultés à trouver du travail ainsi qu'un faible racisme qu’il faut combattre.
Malgré ces problèmes, les Berlinois sont fiers de leur mentalité tolérante, qui est spécialement forte dans les secteurs en vogue au centre-ville ("Mitte", "Prenzlauer Berg" et "Kreuzberg"), où un fort mélange des cultures se produit.
Notre école se trouve loin de ces arrondissements situés au centre-ville, mais elle est tout de même forte en tolérance! Les élèves sont fiers du l'esprit "gauche modérée" et de la mentalité politique ouverte de notre l'école. De plus, l’école anime beaucoup d’échanges (avec le lycée Henri IV à Paris, le lycée Carnot à Dijon). L’école participe aussi largement aux projets etwinning avec 5 projets réalisés ou en cours et elle est en train de préparer un projet Comenius pour l’année scolaire prochaine. Pour cette raison, nous nous sommes enthousiasmés aussi pour ce projet, qui tisse des contacts européens. Il est souhaitable de discuter des questions importantes de l’avenir de l’UE qui concernent ceux qui vont un jour diriger l’UE - la génération internationale des élèves actuels.
Lukas Entezami, Beethoven-Schule, Berlin (format PDF-français), (format PDF-allemand)
Interview réalisée auprès des élèves de la Beethoven-Schule à Berlin :
1) Quelles langues parles-tu ?
Moi, je parle trois langues:
Premièrement l’allemand, ce qui est ma langue maternelle, et aussi français et anglais que j’ai appris à l’école – pas parfaitement, mais suffisamment, j’espère. En plus, j’apprends aussi le latin (mais je ne peux pas le parler, naturellement).
2) Quelles langues (en Europe) aimerais-tu bien comprendre et parler ?
J’aimerais bien comprendre et parler le suédois, l’espagnol et l’italien, peut-être aussi le portugais ou le grec. Hors de l’Europe, je voudrais très bien savoir parler l’arabe parce que c’est la langue parlée par ma famille en Jordanie.
3) Une seule langue dans l’Europe entière - est-ce que ça serait un avantage ou un inconvénient ?
Moi, je suis convaincue que ça serait un grand inconvénient, s’il y avait seulement une seule langue dans l’Europe entière. D’abord, les États membres de l’UE ne pourraient jamais être d’accord sur une langue – les Français par exemple sont très fiers de leur langue maternelle et ils inventent même des mots nouveaux comme « ordinateur » pour ne pas utiliser trop de mots anglais. Et moi aussi, je ne peux pas m’imaginer de parler une autre langue que l’allemand en Allemagne ! En outre, la diversité des langues est une grande richesse de la culture de l’Europe qu’il ne faut pas oublier. Ce n’est pas possible de traduire l’humour anglais ou les poèmes allemands en français exactement, il y a toujours des différences et des finesses qu’on perd en traduisant. Comme ça, je suis d’avis qu’il faut garder les langues et qu’il faut aussi apprendre au moins une langue étrangère pour prendre part à sa richesse et sa spécialité et aussi pour ne pas avoir des difficultés à se faire comprendre des autres Européens.
4) Est-ce que la langue est importante pour la culture ou non ?
Oui, je suis sûre que la langue est importante pour la culture parce que tous les pays possèdent leurs propres chansons, leurs poèmes, leurs contes, leurs pièces de théâtre… Tout ça fait une grande part de la culture et de l’histoire d’un pays qu’il ne faut pas oublier.
Rukeia El-Athman, Beethoven-Schule, Berlin (format PDF)

11h45 - 11h55 : Gymnazium Jana Nerudy, Prague
Vidéo : Jan Neruda et Pablo Neruda
.

À gauche, les élèves de Catherine de la Hosseraye,
au lycée J. Nerudy, à Prague,
préparent leur intervention en direct le 17 avril :
voir la vidéo

11h55-12h05 : Lycée n° VII, Peristeri, Grèce : Quelques pensées sur la diversité linguistique.
(Compte-rendi en préparation)
1. La langue est un moyen de communication au nom de la culture. La langue crée des idées qui fondent l’humanité, les droits de l’homme, elle garde la référence sur la tradition littéraire, de son image nostalgique culturelle. Le charme de l’expression, les jeux des sons nous font nous y intéresser, comprendre tous les sens du mot, le goûter, sentir, entendre son bruit, distinguer sa couleur et son humeur.
2. Nous avons continué notre présentation par les paroles prononcées par le cinéaste S¹arunas Bartas qui est une des rares révélations récentes du cinéma de l'ex-URSS. Ce Lituanien de 32 ans est apparu sur la scène du cinéma international avec Few of us, son troisième film, plutôt minimaliste, salué par la critique unanime. La radicalité de sa mise en scène ¬ pas de dialogues, de longs plans fixes et une infinie lenteur ¬ confère au cinéma de Bartas une dimension à la fois énigmatique et poétique. Le spectateur est renvoyé à sa seule condition de témoin. Bartas dit qu'il a appris que la caméra n'a pas de sentiments, et qu'il faut donc tout corriger, tout reprendre et se débrouiller pour qu'elle en ait.
3. Une chanson populaire lituanienne a trouvé aussi sa place dans notre présentation.
4. Un petit rapport a été présenté et suivi par la discussion sur la place de la langue française dans le contexte mondial. On a proposé trois langues étrangères obligatoires et c’est une idée cohérente avec le développement du monde actuel. Sur la nécessité de l’anglais l’unanimité est faite. Mais nous voulons le monde où l’Europe jouera un rôle majeur. Pour sauvegarder la diversité des langues et des cultures nous devons sauvegarder plusieurs langues européennes. La cause de la langue française s’identifie à celles des autres langues européennes. Mais nous ne pouvons pas oublier les immenses mutations du monde contemporain, du monde arabe, russe, chinois etc.
5. Les élèves se sont prononcés pour le français. Il y a beaucoup de raisons pour apprendre le français. La langue française est très bien adoptée à l’expression des pensées les plus complexes, des nuances les plus subtiles. Elle restera toujours la langue de nos cœurs. Si on veut comprendre le vrai sens et sentir le plus grand plaisir en lisant les chefs-d’œuvres des écrivains français, on doit connaître parfaitement cette langue. Les mots doivent toujours trouver un écho dans nos cœurs, si non, le sens reste intact, il ne bouleverse pas notre âme, ne reste pas dans nos cœurs et n’y laisse aucune trace… (Format PDF)? M. Bagdanaviciene, prof. de français
Lycée Jean-Pierre Vernant, Sèvres : diffusion deuxième visioconférence :15h00–17h00
Ouverture : A. WALLON, Responsable de l'Antenne de la Commission Européenne pour le multilinguisme en France
avec un programme proposé par
des élèves de la section européenne, des sections internationales de Sèvres
et des élèves nationaux,
suivi d'une table ronde sur l'Europe, la culture et la diversité des langues : Alain WALLON et Jean-Louis POIRIER.
15h00-16h00 : PROGRAMME PROPOSÉ PAR DES ÉLÈVES
1/Vidéo : section internationales de Sèvres (english, deutsch, français):
Le Cyberslang and Messaging – death/deterioration of the national language or new ways of communicating beyond language borders? (PDF)

Le SMS, le portable...
A: Bonjour – nous allons vous présenter notre thème – le Cyber langage.
B : Seit einigen Jahren findet sich diese Phänomen…
BIIIP – BIIIIIIP – BIIIIIP
C : tu as laissé ton portable allumé ?! La honte…c´est une réunion…whispers to the other
D : en regardant son portable sur le table excusez-moi, un amie m´a envoyé un SMS….mais c´est quoi ca ?? projection de SMS au fond de la scène /sur le mur : slt cv ? jSpR ktu va bi 1. Tu vi1 2m´1?en +
A : impatient vous étés d´ hier ou quoi ? il prend le portable et il lis très rapide «Salut ca va ? J´espère que tu vas bien. Tu viens demain ? En plus» - encore plus impatient Alors, tu viens ou no ?
D : ahuri qui, bien sur …
A : Bon. Répond… en tapant OQP j´tapLDkej´pe-NRV !! l´un apres l´autre le message deviens visible au fond de la scène peut-être encore jet´M à la fin….
D : fâché Merci. C´était mon chef. Reprends son portable.
Discussion about different langages starts
B : How did you do that ? It’s s incredible! I mean we kind of have the same messaging in English. Look that´s what just got in on my cell-phone : message on English
D: Ok, das ist genau das Gleiche, wie in französisch: Wir haben a.) Abkürzungen [B repeating on english or french: abréviations] b.) Akronyme [B : repeating on english or french : acronymes], c.) phonetische Schreibweise [B: orthographie phonétique]…. Lire la suite : format PDF.

2/ Élèves section européenne anglophone :
La prédominance de la langue anglaise en tant que lingua franca
représente-t-elle une menace vis-à-vis des autres langues, cultures et/ou identités européennes?
Traduction - présentation : format PDF.

Ah, les anglicismes!
I. Introduction : l’anglais s’est imposé comme lingua franca en Europe
Bref historique des lingua franca européennes à travers l’histoire
Les langues officielles de la C.E. (23)
Problématique : l’emergence d’une division concernant l’utilisation de l’anglais en tant que lingua franca
1. les néo-Atlantistes veulent promouvoir l’anglais comme « langue de contact ». Leurs opposants y voient une forme d’impérialisme linguistique et culturel.
2. les activistes qui défendent leur langue nationale cherchent à limiter le multilinguisme.
3. les régionalistes et les séparatistes veulent que toutes les langues aient un statut d’égalité, avec la promotion de centaines de langues officielles en Europe.
4. la communauté européenne promeut le multilinguisme comme outil de dialogue interculturel. Elle encourage les citoyens européens à parler au moins deux langues (leur langue natale et une langue étrangère)

II. La spécificité culturelle des nations européennes est-elle menacée par l’anglais ?
A. Pourquoi l’anglais serait-il une menace ?
1. L’anglais comme outil de communication en Europe
bref historique de la façon dont l’anglais s’est imposé dans le monde.
• L’apprentissage de la langue anglaise encourage la diffusion de la culture et des idées anglaises et américaines au détriment de l’objectif multiculturel et pluri linguiste promu par l’Union Européenne.
• La différence linguistique, synonyme de diversité culturelle, est appauvrie par l’imposition de l’anglais en tant que seconde langue.
2. Sketche/Dialogue : un exemple de la façon dont l’anglais envahit la langue française.
Deux élèves démontrent à travers un dialogue entre jeunes à quel point les anglicismes font partie de la langue française :
Kevin Junior : Hey Jenny, ça farte?? Tu veux un drink??
Jennifer: Depuis quand tu m’offres à boire ?
K.Jr. : Tu sais, depuis que mon père est businessman, tout s’est accéléré… J’ai été nommé manager du snack-bar, maintenant je suis le KING du campING !
J : King… comme le burger ?ô)
K.Jr. : Oh t’es trop LOL (lot of laughs) girl ! Nan tu comprends j’suis grave overbooked, j’ai même plus le temps de dealer c’est le bad…
J : Oh lala ! et tu fais même plus de shopping ???
K.Jr. : Pff t’es trop pas open-minded, le shopping maintenant c’est plus fashion online…
J: Waa trop fun! C’est quoi ton planning ce week-end mec?
K.Jr. : Ba ce soir c’est le D-DAY : on fait un before avec mon boy’s band…
J : Trop Rock’n roll ! , comment il s’intitule ton boy’s band ??
K.Jr. : Bah nous c’est plutôt du cricket… Tu connais pas les « Coming Out » ?!
BON sinon tu bois quoi ?? Désolé mais no pain no gain c’est la loi du plus fort, consommer ou être consommé… Un NESPRESSO ça te va ??
J : Baah What else !
K.Jr. : En prime je t’offres une invit’, ce soir j’veux te voir au carré VIP de mon club
house ! Y’aura DJ Montagnié qui nous fera un pti set…
Lire la suite : format PDF.


L. Fr. de New York
3/ Élèves lycée français de New York : Les cultures européennes vues d’outre-Atlantique,
Résumé de l'intervention, présenté par Mickaël Skinazy, élève de M. Weeger en TL,

Tout d’abord, un élève a présenté le LFNY, situé outre-Atlantique et regroupant plus d’une centaine de nationalités. Puis, deux élèves ont fait part du sentiment fort qui unit les peuples d’Europe. En effet, même aux Etats-Unis, les liens culturels et historiques entre pays européens sont tangibles. Ainsi, il semble parfois plus aisé de fréquenter d’autres élèves européens qu’américains.
Pour conclure, il ne faut pas confondre identité et unité. Si l’unité implique la pensée d’une récollection de choses isolées, l’identité est un fondement impossible à définir plus précisément.
Entre élèves d’Europe, il n’y a pas identité mais unité: c’est-à-dire le partage d’une histoire commune. Et c’est bien là que résident les défis du futur: l’Europe sera -t-elle toujours aussi forte avec, parfois, une grande division politique, division que nous devrons sans doute tenter de résorber?

5/ Vidéo : élèves nationaux :
Marie VILLETELLE, élève de TL1, L'égalité devant la diversité des langues (Format PDF)
C'est dans et par le langage que l'homme se constitue comme sujet libre et comme citoyen et d'autre que la langue a un rapport intime avec la culture. En réfléchissant sur les langues, Rousseau montre que : « Les têtes se forment sur les langages et les pensées prennent la teinte des idiomes. La raison seule est commune, l'esprit en chaque langue a sa forme particulière ; différence qui pourrait bien être en partie la cause ou l'effet des caractères nationaux ». Ce qui fait l’unité du genre humain, c’est la raison, faculté de penser et de comprendre aussi bien le monde, que les discours de nos semblables, mais nos pensées prennent nécessairement une forme particulière dans la diversité des langues.
De la peur de l'étranger
Préjugé ancestral, les langues « étrangères » suscitent souvent l'incompréhension, voire le mépris. Si l'on remonte à l'origine de mots, comme par exemple la déformation du mot arabe « al gharbiya » (qui veut dire : les gens de l'ouest), devenu algarabias en espagnol, puis charabia en français, ou encore celui des Grecs qualifiant de bafouilleurs les autres peuples « barbares ».
On dira également que « l'allemand est une langue brutale ». On pourrait croire que les commentaires de ce genre témoignent d'un jugement de goût propre à celui qui l'énonce et que, par conséquent, il est vain de le discuter. Pourtant ces idées reçues sont répandues à l'échelle nationale.
C'est alors que deux explications apparaissent : d'une part on ne peut négliger l’importance que prend la langue maternelle dans la formation de notre « oreille », ce qui explique que nous n'arrivons pas toujours à distinguer des sons étrangers. D'autre part c'est du côté des préjugés historiques nationaux que nous devons aller chercher l'explication de nos (re)ssentiments a l'égard des langues... Lire la suite : format PDF.

Raphaël CZARNY, élève de TL1, Existe-t-il une identité européenne? (Format PDF)
L’identité peut être définie comme un corpus de valeurs partagées par l’ensemble d’une collectivité humaine, manifestant représentation et images concrètes de ses valeurs. C’est aussi un ensemble de pratiques et d’usages communs. Peut-on envisager l’existence d’une identité européenne ? Si l’identité européenne existe, alors par quelles valeurs, par quelles critères, par quelles codes peut-on la définir ?
Peut-on fonder un regroupement identitaire dans un espace aussi marqué par la diversité linguistique, culturelle, économique que l’Europe, et cela malgré de nombreux points de convergences, tel que l’appartenance à une tradition de «penser» qui remonterait, selon Husserl, à la Grèce antique ?

I. L’identité par la culture
L’idée d’ « Europe » s’inscrit dans la tradition de l’Humanisme, des Lumières, de Hegel ou encore de Husserl. L’Union européenne voulait être un espace de civilisation, un espace caractérisé par le respect des droits de l’homme, par une éthique politique « fondée sur des valeurs universelles issues des Lumières ».
Alors existe-il une culture européenne pour autant ?
Rémi Brague a bien analysé la « secondarité culturelle » qui est la marque de l’Europe : « Toute culture est seconde ; elle hérite et c’est pour cela qu’elle peut innover et ne reste pas figée sur une identité arrogante, fixe, et établie (…) elle est immigrée à elle-même »

A la base de la culture européenne, on voit donc un processus d’européanisation des cultures à la lumière de l’exigence de secondarité culturelle. La dialogique est l’une des caractéristiques de l’identité européenne : c’est dans cette perspective que l’Humanisme est typiquement européen, car en plus de sa capacité d’autocritique, comme le montrent les Lettres Persanes de Montesquieu ou Les Cannibales de Montaigne, il considère la culture non pas comme un enfermement sur soi, dans les traditions, mais comme une constante ouverture vers l’autre, un processus d’enrichissement... Lire la suite : format PDF.


J.-L.Poirier, Doyen, IG de Philosophie

J.-L. POIRIER, Doyen de l'Inspection Générale de Philosophie,
La diversité des langues est-elle un obstacle ou un moyen d'enrichissement?


Les langues, en raison de leur diversité, sont portées sinon à s’ignorer, au moins à se séparer ou à ne point s’entendre. La cause n’en est pas seulement le refus borné de l’autre, ou l’ignorance, elle tient à la fonction la plus essentielle de la langue : faire qu’une communauté d’hommes se comprennent, bien plus que nourrir une revendication identitaire. Il est donc normal, strictement humain, que les langues soient un obstacle au rapprochement entre les peuples, et cela dans la mesure exacte où elles rendent possible le rapprochement entre des hommes. Mais si les langues n’étaient qu’un tel instrument de rapprochement et de communication, il n’y aurait pas grand chose de meilleur à en attendre, puisque rassembler est toujours aussi séparer. Toute langue serait pour l’étranger comme un code impénétrable, appel à exclusion.
Mais il n’en va pas ainsi. Dans la mesure où toute langue est, en quelque façon, « le miroir de l’esprit », l’élément dans lequel et par lequel nous communiquons avec nous-mêmes et formons nos pensées, s’il est vrai que penser c’est dialoguer avec soi-même, alors il y a en toute langue quelque chose qui la rapproche de toute autre, et pas seulement au titre des parentés linguistiques, des héritages philologiques ou des données phonologiques. Dès lors, on peut penser que les cultures, où s’inscrivent les langues elles-mêmes, précisément en raison de leur diversité, sont portées à faire alliance. Mais dans la mesure où une telle alliance se noue aussi en dépit de cette diversité, elle requiert, au cœur de chaque culture, une dimension d’ouverture.
On voudrait suggérer qu’un tel rapprochement n’emprunte pas le chemin d’un dépassement, probablement illusoire, de la diversité des cultures, mais prend appui sur cette diversité même. Deux cheminements concrets semblent pouvoir être marqués. Lire la suite : format PDF.

A. WALLON, Responsable en France de Antenne de la D.G.T. de la Commission Européenne,
L'Europe des langues.
« Une connaissance active ou/et passive de trois ou quatre langues par les Européens n‘est pas un rêve impossible. Mais pour le promouvoir, il faut renoncer au mythe dangereux de la langue unique de communication.» Ces propos déjà anciens (1989) de José Vidal-Beneyto, que j’ai connu lorsqu’il était un des plus brillants directeurs à l’Unesco et qui est aujourd’hui le Directeur général de l’enseignement et de la culture au Conseil de l’Europe, sont une des réflexions qui doivent nous aider aujourd’hui à penser ensemble l’Europe des langues, à lui apporter une vision d’avenir, à la fois audacieuse et réaliste. Récemment, fin janvier 2008, c’est le grand écrivain franco-libanais, Amin Maalouf, qui propose à la Commission européenne et à l’Union d’approfondir l’intégration européenne grâce à l’apprentissage, pour chaque Européen, d’une «langue maternelle adoptive ». L’écrivain, qui préside un groupe d’intellectuels que la Commission a chargé de réfléchir sur le rôle des langues dans le dialogue entre les cultures, suggère ainsi d’apprendre plutôt une deuxième langue bien connue de chacune des parties qu’une langue étrangère.
 


A. WALLON
Ensuite, bien sûr, viendrait le temps d’apprendre une langue à usage international en plus de langue personnelle adoptive. Les cas sont nombreux où cette solution est déjà pratiquée. Nombre d’Africains vivant en France possèdent en plus d’une des centaines de langues de ce continent, une langue de communication, comme le mandingue à Dakar (Sénégal) ou le swahili à Bamako (Mali) et apprendra le français comme une seconde langue de culture, comme une seconde langue maternelle, le jeune né en Allemagne de parents Turcs s’initiera à la langue de Goethe avant de devoir apprendre la langue vernaculaire de la Mondialisation qu’est devenue souvent l’anglais, etc.
Ce dont nous pouvons ainsi débattre ensemble, c’est de ce projet d’un multilinguisme émancipateur, passerelle d’échange entre les cultures, dans le respect mutuel, tant il est vrai que le respect de la langue de l’autre, de sa culture et de sa singularité est la condition majeure de l’intégration et du partage de valeurs universelles. L’Union européenne, avec ses 23 langues officielles et toutes les autres, bien plus nombreuses, qui se parlent sur son continent et ses îles, a fait du multilinguisme une de ses valeurs centrales. Elle compte faire dans ce domaine des propositions qui permettent que l’Europe des langues ne soit pas une façade cachant une hégémonie de fait d’une langue de communication, ni un slogan creux, mais à l’inverse un modèle à long terme pour une coexistence harmonieuse, pacifique des langues de tous ses peuples, de tous ses voisins et de ses partenaires du monde entier.
Questions en direct et en visio

Clôture : Pierrette Floc'h, Proviseure du lycée Jean-Pierre Vernant


A. Wallon, J.-L.Poirier, P. Floc'h
PRÉPARATION PÉDAGOGIQUE :
1/ Jan Patocka, Europe et culture, vidéo conférence diffusée le 24 janvier 2008 :
http://lyc-sevres.ac-versailles.fr/projet-eee.eu08patocka.php

2/ Europe, culture et diversité des langues : classe eTwinning, séances TICE, octobre 2007 - mars 2008.
Vidéos et textes disponibles à : http://lyc-sevres.ac-versailles.fr/projet-eee.europe08.tice.php
Journées européennes à Sèvres : 2007 - 2006 - 2005 ll
Education ll Pass Copernic - Forum de discussion ll Europe Éducation École ll Élèves, professeurs...publient ll